DRDJSCS Grand Est

Direction régionale et départementale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale

Panorama statistique de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale

Retour à la page d'accueil
Pauvreté & minima sociaux dans le Grand Est
17/09/2018

Un habitant sur deux vit avec moins de 20 502 € par an

Moins de 1 709 € par mois

Avec un niveau de vie médian de 20 502 €, le Grand Est se situe au 4ème rang des régions de France métropolitaine. Après transferts, impôts et prestations sociales, un habitant du Grand Est sur deux vit avec moins de 1 709 € par mois.


Pour en savoir plus


Niveau de vie médian des ménages, en 2015

Bar chart of reg2016

Sources : Insee, Fichier localisé social et fiscal (FiLoSoFi) - DGFiP
Niveau de Vie

Le niveau de vie médian est le revenu disponible après transferts, impôts et prestations sociales, par unité de consommation (UC), en deçà duquel se situe la moitié de la population de France métropolitaine.


Niveau de vie médian des ménages, en 2015

Bar chart of DepRegA

©IGN
Sources : Insee (FiLoSoFi) - DGFiP

Disparités de revenus des ménages (rapport inter décile D9/D1 du niveau de vie), par département, en 2015

Carte choroplèthe de chorovarb

©IGN
Sources : Insee (FiLoSoFi) - DGFiP
Rapport inter décile

Le rapport inter décile (D9/D1) du niveau de vie est le rapport entre le niveau de vie plancher des 10 % des ménages les plus aisés et le niveau de vie plafond des 10 % des ménages les plus modestes.


Un ménage sur sept vit sous le seuil de pauvreté

Taux de pauvreté

Le taux de pauvreté correspond à la proportion d'individus (ou de ménages) dont le niveau de vie est inférieur pour une année donnée à un seuil, dénommé seuil de pauvreté (exprimé en euros). L'Insee, comme Eurostat et les autres pays européens, mesure la pauvreté monétaire de manière relative alors que d'autres pays (comme les États-Unis ou l'Australie) ont une approche absolue. Dans l'approche en termes relatifs, le seuil de pauvreté est déterminé par rapport à la distribution des niveaux de vie de l'ensemble de la population. On privilégie en Europe le seuil de 60 % du niveau de vie médian.

Une personne est dite pauvre lorsque son niveau de vie est inférieur à 60% du niveau de vie médian de la population de référence.


Intensité de la pauvreté

L'intensité de la pauvreté est un indicateur qui permet d'apprécier à quel point le niveau de vie de la population pauvre est éloigné du seuil de pauvreté. L'Insee mesure cet indicateur comme l'écart relatif entre le niveau de vie médian de la population pauvre et le seuil de pauvreté. Il est calculé de la manière suivante : (seuil de pauvreté - niveau de vie médian de la population pauvre) / seuil de pauvreté. Plus cet indicateur est élevé et plus la pauvreté est dite intense, au sens où le niveau de vie des plus pauvres est très inférieur au seuil de pauvreté.


Taux de pauvreté monétaire (au seuil de 60%), par région, en 2015

Carte choroplèthe de chorovarb

©IGN
Sources : Insee (FiLoSoFi) - DGFiP
Bar chart of reg2016

Sources : Insee (FiLoSoFi) - DGFiP

Taux de pauvreté monétaire (au seuil de 60%), en 2014

  Ardennes
Aube
Marne
Haute-
Marne
Meurthe-
et-Moselle
Meuse
Moselle
Bas-
Rhin
Haut-
Rhin
Vosges
Grand Est
Métropole
Ensemble des ménages   19,5 % 15,9 % 14,7 % 15,7 % 14,6 % 15,6 % 14,7 % 13,1 % 13,2 % 16,2 % 14,6 % 14,2 %
- ménages dont le référent fiscal a moins de 30 ans   32,6 % 27,5 % 26,6 % 25,5 % 25,9 % 24,5 % 24,0 % 21,4 % 21,9 % 27,8 % 24,8 % 22,8 %
- ménages dont le référent fiscal a 75 ans ou plus   10,0 % 6,8 % 6,6 % 10,1 % 6,7 % 8,9 % 7,8 % 5,5 % 5,2 % 7,2 % 6,9 % 8,6 %

Sources : Insee, Fichier localisé social et fiscal (FiLoSoFi) - DGFiP

Taux de pauvreté monétaire (au seuil de 60%), par département, en 2015

Carte choroplèthe de chorovarb

©IGN
Sources : Insee (FiLoSoFi) - DGFiP

Taux de pauvreté monétaire des ménages dont le référent a moins de 30 ans, en 2014

Bar chart of DepRegA

Sources : Insee, Fichier localisé social et fiscal (FiLoSoFi)- DGFiP

Taux de pauvreté monétaire des ménages dont le référent a 75 ans ou plus, en 2014

Bar chart of DepRegA

Sources : Insee, Fichier localisé social et fiscal (FiLoSoFi)- DGFiP

Intensité de la pauvreté monétaire, par département, en 2014

Carte choroplèthe de ChoroVAr

©IGN
Sources : Insee (FiLoSoFi) - DGFiP

Les revenus d'un ménage sur quatre bénéficiaire d'une allocation Caf, dépendent à plus de 75 % des minima sociaux

Minima sociaux

Les minima sociaux visent à assurer un revenu minimal à une personne (ou à sa famille) en situation de précarité. Ce sont des prestations sociales non contributives, c'est-à-dire qu'elles sont versées sans contrepartie de cotisations. Le système français de minima sociaux comporte divers dispositifs dont un spécifique aux départements d'outre-mer (Dom).


Part des ménages bénéficiaires d'une allocation Caf dont les minima sociaux représentent plus de 75 % des revenus, en 2013

Carte choroplèthe de ChoroVAr

©IGN
Sources : Insee (FiLoSoFi) - DGFiP

Part des ménages bénéficiaires d'une allocation Caf dont les minima sociaux représentent plus de 50 % des revenus, en 2013

Carte choroplèthe de ChoroVAr

©IGN
Sources : Insee (FiLoSoFi) - DGFiP

295 000 bénéficiaires du RSA

Revenu de Solidarité Active

Le revenu de solidarité active (RSA) s'adresse depuis le 1er juin 2009 en France métropolitaine et depuis le 1er janvier 2011 dans les départements d'outre-mer (et le 1er janvier 2012 à Mayotte) à toute personne âgée d'au moins 25 ans ou assumant la charge d'au moins un enfant né ou à naître. Depuis le 1er septembre 2010 en France métropolitaine et le 1er juillet 2011 dans les DOM, il a été étendu aux personnes de moins de 25 ans ayant travaillé au moins deux années au cours des trois dernières années (RSA jeune).

Le seuil du revenu garanti par le RSA est calculé en additionnant un montant forfaitaire, variable selon la composition du foyer, à une fraction (62 %) des revenus professionnels des membres du foyer.


Taux de population couverte par le RSA (parmi les moins de 65 ans), par région, en 2017

Carte choroplèthe de chorovarb

©IGN
Sources : Insee, Drees, Cnaf, MSA
Bar chart of reg2016

©IGN
Sources : Insee, Drees, Cnaf, MSA

Taux de population couverte par le RSA (parmi les moins de 65 ans), par département, en 2017

Carte choroplèthe de ChoroVAr

©IGN
Sources : Insee, Drees, Cnaf, MSA

Allocataires et bénéficiaires du RSA, en 2017

  Ardennes Aube Marne Haute-
Marne
Meurthe-
et-Moselle
Meuse Moselle Bas-
Rhin
Haut-
Rhin
Vosges Grand Est Métropole
RSA majoré   1 155 1 448 1 990 538 2 351 604 2 974 640 2 828 1 771 16 299 190 900
RSA non majoré   9 387 8 056 11 798 3 685 19 698 4 358 23 866 4 940 23 523 13 522 122 833 1 461 300
RSA jeune   4 4 7 4 9 7 17 5 6 4 67 900
TOTAL DES ALLOCATAIRES   10 546 9 508 13 795 4 227 22 058 4 969 26 857 5 585 26 357 15 297 139 199 1 653 100
    . . . . . . . . . . . .
RSA majoré   3 395 4 370 5 873 1 592 6 814 1 722 8 531 8 358 5 286 3 632 49 573 560 200
RSA non majoré   18 413 16 006 23 114 7 131 37 141 8 246 44 989 45 357 26 830 17 732 244 959 2 759 100
RSA jeune   4 5 9 4 10 7 19 8 4 3 73 1 000
TOTAL DES BENEFICIAIRES   21 812 20 381 28 996 8 727 43 965 9 975 53 539 53 723 32 120 21 367 294 605 3 320 300
% de bénéficiaires parmi les moins de 65 ans   10,0 % 8,3 % 6,2 % 6,5 % 7,4 % 6,8 % 6,4 % 5,8 % 5,2 % 7,6 % 6,6 % 6,4 %

Sources : Insee, Drees, Cnaf, MSA

Répartition des bénéficiaires du RSA, en 2017

Bar chart of DepRegA

Sources : Insee, Drees, Cnaf, MSA

406 000 bénéficiaires de la CMU-C

Couverture Maladie Universelle Complémentaire

La Couverture Maladie Universelle Complémentaire (CMU-C) est une protection complémentaire santé gratuite accordée aux personnes remplissant certaines conditions de résidence et de ressources.

Elle prend en charge le ticket modérateur (part restant habituellement à la charge du patient) et le forfait journalier en cas d'hospitalisation. Elle garantit l'application des tarifs opposables par les médecins conventionnés ; de plus, les dépassements de tarifs pour les lunettes, les prothèses auditives et les appareils dentaires sont également pris en charge dans la limite d'un certain montant. Enfin, elle permet la dispense d'avance de frais lors des consultations chez le médecin, à la pharmacie, pour les médicaments sur prescription, au laboratoire, etc.


Taux de bénéficiaires de la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C), par région, en 2016

Carte choroplèthe de chorovarb

©IGN
Sources : Insee, Drees, Cnaf, MSA
Bar chart of reg2016

Sources : Insee, Drees, Cnaf, MSA

Nombre et taux de bénéficiaires de la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C), par département, en 2016

  Ardennes Aube Marne Haute-
Marne
Meurthe-
et-Moselle
Meuse Moselle Bas-
Rhin
Haut-
Rhin
Vosges Grand Est Métropole
Nombre de bénéficiaires de la CMU-C   30 519 28 631 43 571 12 911 58 725 13 317 70 955 70 477 47 490 29 865 406 461 4 775 807
Taux de bénéficiaires de la CMU-C (en % de la population totale)   11,0 % 9,2 % 7,6 % 7,2 % 8,0 % 7,0 % 6,8 % 6,3 % 6,2 % 8,1 % 7,3 % 7,4 %

Sources : Insee, Drees, Cnaf, MSA
Carte choroplèthe de chorovarb

©IGN
Sources : Insee, Drees, Cnaf, MSA

42 000 allocataires de l'ASS

Allocation de solidarité spécifique

Instituée en 1984, l'ASS est une allocation chômage s'adressant aux chômeurs ayant épuisé leurs droits à l'assurance chômage ou aux demandeurs d'emploi âgés de 50 ans ou plus, et qui justifient d'au moins cinq années d'activité salariée au cours des dix dernières années précédant la rupture de leur contrat de travail.


Allocataires de l'ASS, en 2016

  Ardennes Aube Marne Haute-
Marne
Meurthe-
et-Moselle
Meuse Moselle Bas-
Rhin
Haut-
Rhin
Vosges Grand Est Métropole
Nombre d'allocataires de l'ASS   2 870 2 890 3 950 1 430 5 200 1 470 7 730 6 720 5 650 4 460 42 370 419 700
Taux d'allocataires de l'ASS (en % des 15 à 64 ans)   1,7 % 1,5 % 1,1 % 1,3 % 1,1 % 1,3 % 1,2 % 0,9 % 1,2 % 2,0 % 1,2 % 1,0 %

Sources : Insee, Drees, Cnaf, MSA

Taux d'allocataires de l'ASS (pour 100 personnes de 15 à 64 ans), en 2016

Bar chart of DepRegA

Sources : Insee, Drees, Cnaf, MSA

32 000 allocataires de l'ASV et de l'ASPA

Allocations du minimum vieillesse (ASV et ASPA)

L'allocation supplémentaire vieillesse (ASV) a été créée en 1956 et l'allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA) est entrée en vigueur en 2007 suite à la réforme du minimum vieillesse. L'ASV continue d'être versée aux personnes qui en bénéficiaient avant cette réforme. Ces allocations sont destinées aux personnes âgées d'au moins 65 ans (ou ayant atteint l'âge minimum de départ à la retraite en cas d'inaptitude au travail) qui disposent de ressources inférieures au seuil du minimum vieillesse. Elles sont versées par les caisses de retraite ou par le service de l'allocation de solidarité aux personnes âgées et financées par le Fonds de solidarité vieillesse.


Allocataires de l'allocation supplémentaire vieillesse (ASV) et de l'allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA), en 2016

  Ardennes Aube Marne Haute-
Marne
Meurthe-
et-Moselle
Meuse Moselle Bas-
Rhin
Haut-
Rhin
Vosges Grand Est Métropole
Nombre d'allocataires de l'ASV et de l'ASPA   1 970 2 260 3 160 1 260 4 640 1 260 5 230 6 180 3 860 2 260 32 080 481 420
Taux d'allocataires de l'ASV et de l'ASPA (en % des 60 ans et plus)   2,7 % 2,7 % 2,3 % 2,3 % 2,6 % 2,4 % 2,0 % 2,4 % 2,0 % 2,1 % 2,3 % 3,0 %

Sources : Insee, Drees, Cnaf, MSA

Taux d'allocataires de l'ASV et de l'ASPA (pour 100 personnes de 60 ans et plus), en 2016

Bar chart of DepRegA

Sources : Insee, Drees, Cnaf, MSA